Biographie

Née à Carhaix dans l’Argoat Finistérien un jour de Pâques 1992, c’est comme tous les enfants de mon âge que je donne, à l’école et la maison, mes premiers «coups de crayon». Plus tard, chevaux et de dragons illustrent mes cahiers de collège. Lorsque je quitte le lycée pour suivre ma voie hors des sentiers battus, je m’inscris à des cours de dessin et de peinture pour en apprendre les bases.

Je garderai toujours à l’esprit la phrase que mon formidable professeur répétait sans cesse : «Vous n’observez pas assez ». Plus qu’une main, ce sont les yeux qu’il faut entraîner. J’y ai appris l’importance de l’observation des formes et des couleurs. Hors les cours, j’expérimente les techniques de peinture à l’huile et acrylique pour progresser, évoluer et trouver ma propre façon de faire.

Depuis quelques années, je quitte la peinture classique et réaliste pour aller vers plus de modernité, d’abord dans les fonds, puis peu à peu dans l’animal-sujet. L’acrylique, récemment apprivoisée, me permet plus de rapidité, de travailler dans l’instant présent, de finir une toile en une journée, alors que l’huile me freinait de par ses règles et temps de séchage…

Finalement, l’une comme l’autre se complètent, il n’est pas rare que je commence une oeuvre à l’acrylique, pour saisir l’idée, et la peaufine à l’huile pour lui donner ce rendu brillant et profond que j’affectionne.

Le cheval devient naturellement mon sujet de prédilection. Nafta, la « mienne », ainsi que les chevaux du centre équestre que je fréquente, deviennent mes modèles. Je réalise de nombreux portraits et teste différentes techniques. Le portrait équin, et par extension le portrait animalier, deviennent donc une spécialité ce qui me permet de proposer mes services aux cavaliers et propriétaires pour immortaliser d’une façon originale leurs compagnons à quatre sabots.

Passionnée par la fantasy, le fantastique, les mythologies et les histoires médiévales qui ont nourri mon enfance, je ne me satisfais jamais de la réalité. Toujours en autodidacte, j’étudie l’illustration; l’animation et apprends à voir en « 3D ». En 2013, je commence à peindre sur l’ordinateur avec une tablette graphique, et laisse mon imaginaire m’emporter dans d’autres mondes bien plus facilement qu’avec les techniques traditionnelles de peinture.

Courant 2015, je peins une vache highland qui me convainc de me diversifier et de peindre d’autres animaux, sauvages ou domestiques, et de ne plus rester cantonnée au monde équin. Bien sûr, je continue de peindre les chevaux, dont je n’ai jamais cessé d’admirer la puissance, la grâce, la fougue et la mélancolie.

Les commentaires sont fermés.